Rose soutane

réponse à l’Église homophobe de Benoît XVI

Auteur : Duvert, Bernard

collection :

date de parution : 4 mai 2006

Essai.

12 × 21 cm. 122 p. 10,15 €.

Collection : Discordance.

ISBN : 978-2-7291-1623-1

Prêtre non reconnu par Rome, car rejeté pour cause non avouée d’homosexualité, Bernard Duvert, Père Marie Bernard de son nom de religion, oriente ses recherches, en écriture comme en peinture, sur l’érotisme dans le sacré. Il est l’auteur de quatre livres, publiés à La Différence entre 1999 et 2005 : Offices de nuit, Livre d’or, Icônes et Maxi-Maxou.

Ordonné en 1979 à Toulouse « hors de la communion de l’Église romaine », Duvert a, en droit canon, un statut singulier : « validement prêtre, mais non licite ». Fondateur de la Fraternité Max Jacob, qui rassemble des artistes sous la bannière du poète mort à Drancy, ce « prêtre sans papiers » rejoint la démarche de Jacques Gaillot, dans l’esprit des « sans-papiers » du diocèse de Partenia. Les récentes prises de position de l’Église romaine qui condamnent les prêtres homosexuels l’amènent à assumer la défense de ceux que l’on persécute à cause de leurs différences en les écartant de la vie ecclésiale. Parce qu’il croit en l’amour d’un Dieu fait homme, il n’hésite pas à combattre le pouvoir religieux dévoyé, Dieu ne devant pas pâtir de l’intolérance des prêtres. Dans Rose soutane, Duvert dénonce aussi la généralisation planifiée de l’homophobie, qui dépasse largement le cadre d’une l’Église où l’homosexualité cachée est très répandue, et appelle à la résistance les prêtres et les hommes libres. Contre Benoît XVI, pour qui l’homosexualité est « le symptôme d’une profonde immaturité psychologique », contre les tenants du dogme et les faux apôtres d’une morale rancie, il affirme haut et fort le droit d’aimer qui l’on veut.

mots associés

Dans les médias


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion