Les Morisques et le racisme d’État

Auteur : Zayas, Rodrigo de

collection :

date de parution : 24 août 1992

Essai.

15 × 23 cm. 756 p. 30,45 €.

Collection : Les Voies du Sud.

ISBN : 978-2-7291-0811-3

À partir de ce sujet mal connu de la persécution des Morisques, un Espagnol de Séville, descendant d’une famille arabe convertie, Rodrigo de Zayas, a composé, en français, un long essai intitulé Les Morisques et le racisme d’État. Partant de cent quatre-vingt-sept feuillets manuscrits qu’il a pu acheter en 1989 et qui contenaient quelque cinquante rapports de l’Inquisition et des lettres royales relatives au problème des Morisques dans le Royaume de Valence à la fin du seizième et au début du dix-septième siècle – la collection de Lord Holland –, il a écrit un livre hétéroclite, hétérodoxe qui ne se veut pas une étude historique, mais qui tient de l’essai, du pamphlet, ce qu’il appelle « une sorte d’auberge espagnole où chacun peut trouver les éléments de ses propres opinions à condition d’y apporter une réflexion critique ». Dans un désordre volontaire, pas toujours limpide, il dresse un réquisitoire contre le gouverneur responsable de la déportation de 1609, le duc de Lerma, « un des plus grands criminels de l’histoire espagnole ». Il dénonce une Espagne raciste qui a éliminé les quelque 600 000 Maures qui vivaient dans le Royaume de Grenade avant 1492, une Espagne de l’Inquisition dont l’activité était davantage orientée vers la recherche de la pureté du sang que vers le constat d’hérésie. « La pureté et la limpidité du sang proviennent des ancêtres qui, après avoir reçu la vraie foi catholique du Christ, notre Seigneur, dans le baptême, l’ont conservée avec constance et courage sans jamais s’en écarter », écrira au dix-septième siècle Escobar del Corro, célèbre théoricien de la pureté du sang. Ce qui va conduire l’Espagne du seizième siècle à élaborer une législation selon laquelle tout individu désirant entrer dans les universités, dans les ordres religieux, dans l’armée ou dans l’administration devait apporter la preuve d’une ascendance chrétienne irréprochable. Attaché à faire reconnaître la monstrueuse injustice faite aux musulmans d’Espagne, Rodrigo de Zayas lève un lièvre qui va sans doute donner lieu à des discussions passionnées. Sautant du dix-septième siècle espagnol à un État français pétainiste où l’État et l’Église sont d’accord pour l’application d’un « statut des juifs » afin d’« aryaniser » le pays, il commet le sacrilège de comparer deux idéologies coercitives. L’Inquisition, en instituant le premier « racisme d’État », aurait-elle été l’ancêtre et l’inspiratrice des lois de Vichy ?, demande-t-il.
Nicole Zand, Le Monde


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion