Allen Ginsberg, le chant de l’Amérique

Auteur : Bulteau, Michel

collection :

date de parution : 24 août 2006

Essai.

13 × 20 cm. 80 p. 12,15 €.

Collection : Littérature.

ISBN : 978-2-7291-1601-9

Allen Ginsberg fut le plus célèbre des poètes de sa génération mais aussi un phénomène littéraire et un « perturbateur » de l’ordre social. Ses premiers recueils de poèmes choquèrent l’Amérique d’Eisenhower à cause de la célébration des drogues et de l’homosexualité. Adversaire de la guerre du Vietnam et de la CIA, connu dans le monde entier comme un « maître de l’outrage  », il fut chassé de Cuba et de Tchécoslovaquie. Né en 1926 dans le New Jersey, étudiant à Colombia University où il rencontra Jack Kerouac, ce n’est que trois ans après la mort de sa mère, Naomi Levy (1894-1956), une Russe émigrée marxiste convaincue, qu’il écrivit Kaddish, l’élégie que l’on s’accorde à considérer comme son plus grand poème. Très lié avec des musiciens (Bob Dylan, The Clash et Paul McCartney l’accompagnèrent lors de la lecture de ses poèmes en public), Allen Ginsberg mourut d’un cancer du foie à New York, en 1997 à soixante-dix ans. Michel Bulteau a rencontré Allen Ginsberg à Paris en 1976 par l’entremise d’Henri Michaux. C’est Ginsberg qui l’a encouragé à s’expatrier à New York. L’admiration du jeune poète pour son aîné ne s’est jamais démentie. « Ginsberg est à la fois tragique et énergique, un génie lyrique, un écumeur d’aventures extraordinaire et il est probablement le poète qui a le plus influencé la poésie américaine depuis Walt Whitman. » Bob Dylan

mots associés


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion