Henry James, Nouvelles complètes III, 1888-1896

Auteur : James, Henry

Traducteur : Pavans, Jean

collection :

date de parution : 14 février 2008

Traduites de l’anglais et présentées par Jean Pavans.

17 x 23 cm. 848 p. 49,70 €.

Collection : Œuvres complètes.

ISBN : 978-2-7291-1728-3

Voici, très attendu, le tome 3 de l’intégrale des Nouvelles de Henry James, dans la traduction de Jean Pavans, unanimement saluée par les lecteurs, la presse, et les spécialistes.

James a produit tout au long de sa carrière 112 nouvelles, dont certaines sont amples comme de courts romans, et qui donnent l’image la plus achevée de l’évolution de son génie. C’est parmi elles qu’on trouve ses chefs-d’œuvre les plus singuliers, comme Daisy Miller, Les Papiers d’Aspern, L’Élève, Le Tour d’écrou, La Bête dans la jungle.

En France, cet ensemble monumental est longtemps resté méconnu, à peine le quart se trouvant dispersé entre plusieurs éditeurs et traducteurs. Ainsi, la « Bibliothèque de la Pléiade » a dû faire appel à une vingtaine de traducteurs pour les débuts récents de son intégrale tardive (tomes 1 et 2 parus en 2004). Lui-même écrivain, Pavans offre l’homogénéité stylistique d’une vision globale et personnelle. L’interruption entre le tome 2 et le tome 3 a été un temps d’approfondissement, durant lequel il a traduit d’autres œuvres majeures de James (La Scène américaine, Le Tollé, La Tour d’ivoire), et quelques autres classiques anglo-saxons (Edith Wharton, Virginia Woolf, Gertrude Stein, Harold Pinter).

Les 27 nouvelles groupées dans le tome 3 correspondent à la période de la pleine maturité (1888-1896) où, fixé à Londres, puis dans l’isolement de sa maison de Rye, James sonde la spécificité de son génie et sa relative inadaptation à son époque. Des êtres chers disparaissent, et leur souvenir devient une présence obsédante. Le public se détourne, et l’écrivain réagit en dialoguant seul avec son art. Cette double crise majeure inspire à James quelques-uns de ses textes les plus émouvants, comme L’Élève ou L’Autel des morts, et les plus énigmatiques, comme Le Motif dans le tapis.



Ce volume comprend :
Le Menteur (The Liar, mai-juin 1888) – L’avertissement moderne (The Modern Warning, juin 1888) – Une Vie à Londres (A London Life, juin-septembre 1888) – La Leçon du maître (The Lesson of the Master, juillet-août 1888) – Le Patagonia (The Patagonia, août-septembre 1888) – La Solution (The Solution, février 1889) – L’Élève (The Pupil, mars-avril 1891) – Brooksmith (Brooksmith, 2 mai 1891) – Les Mariages (The Marriages, août 1891) – Le Chaperon (The Chaperon, novembre-décembre 1891) – Sir Edmund Orme (Sir Edmund Orme, 25 novembre 1891) – Nona Vincent (Nona Vincent, février-mars 1892) – La Chose authentique (The Real Thing) – 16 avril 1892) – La Vie privée (The Private Life, avril 1892) – Lord Beaupré (Lord Beaupré, avril-juin 1892) – Les Visites (The Visit, 28 mai 1892) – Sir Dominick Ferrand (Jersey Villas, juillet-août 1892) – Greville Fane (Greville Fane, 17 et 24 septembre 1892) – Collaboration (Collaboration, septembre 1892) – Owen Wingrave (Owen Wingrave, 28 novembre 1892) – La Roue du temps (The Wheel of Time, décembre 1892-janvier 1893) – Entre Deux Âges (The Middle Years, mai 1893) – La Mort du lion (The Death of the Lion, Yellow Book, avril 1894 ; repris en 1895 dans le recueil Terminations) – Le Fonds Coxon (The Coxon Fund, juillet 1894) – L’Autel des morts (The Altar of the Dead, paru en mai 1895) – La Prochaine Fois (The Next Time, juillet 1895) – Le Motif dans le tapis (The Figure in the Carpet, janvier-février 1896).


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion