Lettres d’août

Auteur : Bonfand, Alain

collection :

date de parution : 1er février 1990

Textes.

13,3 × 20 cm. 240 p. 12,15 €.

Collection : Littérature.

ISBN : 978-2-7291-0488-7

Au début la difficulté réside dans une apparente maladresse. Proprement, à qui s’adressent ces lettres : à la femme perdue, à un lecteur supposé ? La solution est donnée par le projet de transition sans doute, transitif en tout cas : faire le livre d’un amour enfui et un traité d’esthétique. La ligne amoureuse n’est pas accessoire quand bien même il pourrait s’agir pour le lecteur d’une autre femme, d’un homme, d’un enfant... L’important est la douleur de l’être car c’est la plainte lyrique qui autorise le regard sur l’œuvre. Et le Ñlivre qui paraît trébuchant gagne finalement (et se gagne pour qui le lit) à avoir posé en un trébuchet de changeur ontologie et esthétique. Au bout du compte, le fil d’amour, au départ presque dissocié, se fait filigrane du manuscrit esthétique. Et ce qui était prétexte, la barrière des lectures d’œuvres, affrontée à la perte de l’aimée, s’inverse en construction pure, en texte. La guérison, encore, est une douleur.


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion