Le Voleur du temps

Auteur : Bellefroid, Jacques

collection :

date de parution : 20 août 1987

Roman.

13 × 20 cm. 250 p. 12,15 €.

Collection : Littérature.

ISBN : 978-2-7291-0253-1

« Le temps est un enfant qui joue,
c’est aux osselets qu’il joue. »
HÉRACLITES D’ÉPHÈSE, dit HÉRACLITE L’OBSCUR.

À mes maîtres, nombreux.
Aux analphabètes, plus nombreux.
Aux innombrables ministres, chefs d’État, fondateurs d’Ordres, qui se sont succédé depuis des siècles et dont les actes comme les réformes n’ont pas encore, à ce jour, fait avancer d’un pouce ni la question ni la réponse.

presse

« On a compris que Le Voleur du temps s’adresse aux bons lecteurs, aux vrais fous des mots, à ceux qui ont vaguement rêvé de devenir écrivains eux-mêmes. »
Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde

« Habité, nerveux, dominateur, insolent, superbe d’impertinence, voilà un livre qui éblouit. Il nous vient d’un sorcier. »
Alain Bosquet, Le Figaro

« Vers la fin du livre, Jacques Bellefroid déclare qu’il a toujours su qu’il était un génie. Voilà qui me rassure, car, au fur et à mesure de ses précédents romans, je commençais moi-même à en avoir le sentiment. »
Michèle Bernstein, Libération

« Embarquez-vous en compagnie de la religieuse aux caches blancs. Vous aurez droit, en sus, à un fantastique préfet jésuite, à une belle galerie de profs, à un florilège d’incongruités enfantines – qui sont souvent des drames différés de justesse. Puis viendront la découverte de la peinture, l’imaginaire, les bombardements et les propos sur l’écriture, ce cache-cache avec Dieu. »
Jean-Maurice de Montremy, La Croix

« Portrait de l’écrivain en jeune rebelle, mosaïque de souvenirs d’enfance mis en scène avec astuce, farces et attrapes de l’écolier récalcitrant, il y a toute cette gamme d’émotions dans Le Voleur du temps, le dernier roman de Jacques Bellefroid. »
Line Karoubi, Le Matin de Paris

« J’ai lu deux fois Le Voleur du temps. La première, comme un explorateur comblé, et la deuxième, comme un horloger jaloux qui cherche le comment et le pourquoi du mécanisme. »
Gérard Guégan, Sud-Ouest

« Vous, qui avez goûté la saveur discrète et persistante des précédents romans de Jacques Bellefroid, vous qui avez envie de promenades buissonnières en territoire romanesque, hâtez-vous de découvrir Le Voleur du temps. Discrètement, sans éclats, Jacques Bellefroid tisse sa toile. Et c’est une toile de maître. »
Michèle Gazier, Télérama

« En trois phrases Jacques Bellefroid brosse un portrait qui réveille des souvenirs. Il a le sens du mot juste, de la phrase sans fioritures qui s’enroule sur elle-même. Il cisèle son texte en artiste et s’installe doucement mais sûrement dans le petit monde fermé de la littérature contemporaine. »
Valérie Hanotel, Madame Figaro

« Le livre de Jacques Bellefroid détonne dans le paysage de ce qu’il faut encore appeler la rentrée littéraire. Il se confirme comme un maître de la retenue, de la crainte du trop-dit et de la méfiance devant la polysémie des mots et des images. »
Jean-Claude Lebrun, Révolution


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion