Hiquily - bronzes et mobilier

Auteur : Cabanne, Pierre

collection :

date de parution : 18 février 2005

Texte de Pierre Cabanne.

60 reproductions coul. et 15 reproductions noir et blanc.

22 x 28 cm. 128 p. 30,45 €.

Hors collection.

ISBN : 978-2-7291-1538-8

Philippe Hiquily n’est pas seulement un sculpteur original, il est différent. Marqué par la guerre d’Indochine, il passe cinq années à l’académie de l’École des Beaux-Arts (1947-51). Nourri de Germaine Richier, il fait sa première exposition à la Galerie Palmes à Paris en 1954, et figure parmi les premiers artistes, dans les années 60, à se faire connaître simultanément à Paris – où il reçoit le prix de la Critique à la première biennale de 1959 –, et à New York où il expose à la galerie The Contemporairies. Hiquily se situe alors au confluent du surréalisme et du nouveau réalisme mais n’adhère ni à l’un ni à l’autre. Il est, et restera, à contre-courant, utilisant le cuivre, le fer, la tôle et le laiton découpés puis patinés pour créer d’étranges figures anthropomorphes, androgynes, dont le corps, à tête d’épingle, est limité à son ossature, hérissée d’antennes graciles, de tentacules ou de greffes menaçantes. Humour, provocation et érotisme marquent les Accouplements de 1973, qui réalisent l’union insolite de l’anatomie réinventée et de l’objet manufacturé ; le ready-made de Duchamp est désormais intégré sans violence au corps humain : La Motocyclette (1964), La Voyeuse (1972), La Compañera (1973), La Banquière (1989-90)... Ainsi se développe un ballet de formes humanoïdes en fer ou laiton fortement érotisées, liées sans références précises à une primitivité aux simulacres provocants.

mots associés


mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion