Chronologie


Fondées en 1976 par Joaquim Vital, Marcel Paquet et Patrick Waldberg, rejoints la même année par Colette Lambrichs, les Éditions de la Différence ont poursuivi depuis le début une politique centrée sur la littérature française et étrangère, les essais, la poésie et l’art contemporain.

1976

La jeune maison est domiciliée dans le Marais, 6 place du Marché Ste Catherine. Patrick Waldberg, écrivain et historien d’art, ami de Georges Bataille et de André Breton, habite à quelques pas de là, rue du Foin. Joaquim Vital, Portugais résidant depuis quelques années à Paris, Marcel Paquet, philosophe belge revenant de Tunisie où il avait remplacé Gérard Lebrun à la chaire de Philosophie de l’Université de Tunis, et Colette Lambrichs, qui avait quitté Bruxelles en 1972, se réunissent aux Barrabans, un café de la rue de Sévigné. Ėchanges quotidiens sur des projets. Ils y côtoient de nombreux artistes parmi lesquels Michel Journiac et Júlio Pomar. André Masson, ami de Patrick, dessine le sigle de la maison. À la question « Qu’est-ce que cela représente ? », il répond : « Un couple ».

En mars, parution des premiers livres : Malcolm Lowry, Pour l’amour de mourir, préfacé par Bernard Noël, Victor Segalen, Les Origines de la statuaire de Chine, Patrick Waldberg, Les Demeures d’Hypnos, préfacé par Pierre Klossowski.

1977

Les Ėditions déménagent et s’installent 22 rue Saint-Paul.

Elle sont diffusées par Flammarion et lancent sept collections : « Le Miroir Oblique », « Le Milieu » , « Différenciation », « La Fêlure », « Chair Pensée », « Le Goût du vrai », « L’Apparence », « Le Rendez-vous des parallèles ».

Marcel Paquet quitte la direction de la maison tout en continuant d’y publier ses livres.

Les poètes Pierre Dalle Nogare, Michel Waldberg et Gonzague Raynaud rejoignent l’équipe.

1978

Une revue voit le jour : Discordance, avec des textes de Czeslaw Milosz, Witold Gombrovicz, Patrick Waldberg, Georges Henein, Ted Hughes, Alain Bosquet, Pascal Pia, Pierre Klossowski et Felix Fénéon. Elle est saluée par la critique : « Le n° 1 ne se résume pas : trop beau pour être réduit, trop riche pour n’être qu’esquissé. Et le plaisir de l’œil égale celui de l’esprit. Ce qui n’est pas peu dire. » Jérôme Garcin, Les Nouvelles littéraires, juin 1978

Patrick Waldberg présente Boris Souvarine à Joaquim Vital et à Colette Lambrichs. De cette rencontre naîtront les rééditions de La Critique sociale et de L’Observateur des deux mondes, revues emblématiques dirigées par celui qui fut l’un des fondateurs historiques du parti communiste français et l’un de ses farouches adversaires.

1979-80

Difficultés dues au changement de diffuseur. Essai d’une distribution autonome puis retour à une diffusion classique assurée par les Presses Universitaires de France.

1981

Les Éditions s’établissent 22 rue Rambuteau.

Trois livres marquent cette rentrée-là : Francis Bacon, logique de la sensation de Gilles Deleuze qui inaugure la collection « La Vue Le texte », dirigée par Harry Jancovici ; Les Naufragés de l’Arche de Michel Butor ; Mille ans de littérature japonaise de René de Ceccatty et Ryôji Nakamura.

1983

Une petite collection d’art voit le jour, « L’Autre Musée », où paraissent Tanguy, Poliakoff, Magritte, Botero, Vieira da Silva et Bellmer, volumes de 80 pages dont « le mérite essentiel est de comporter une bibliographie très complète, une biographie, une liste des expositions personnelles et, le cas, échéant, une filmographie. » Ėlisabeth Caillet, Art Press, 1983.

Nouveau changement de diffuseur. Cette fois-ci, une relation durable s’établit avec la société Diff Edit que dirige François Béra, homme compétent qui devient, au fil du temps, un ami.

1984

Parution des Ėtoiles filantes de Jacques Bellefroid.

1985

Énième déménagement : 103 rue La Fayette.

Mort de Patrick Waldberg en septembre.

1986

Sous l’impulsion de Joaquim Vital, les Ėditions entreprennent un travail en profondeur pour faire connaître en France la littérature portugaise. Fernão Mendes Pinto, Eça de Queiroz, Fernando Pessoa, Mário de Sá-Carneiro, Maria Judite de Carvalho, Sophia de Mello Breyner, Vergilio Ferreira, Eugénio de Andrade, Urbano Tavares Rodrigues

1987

À partir de 1987, La Différence s’engage dans la publication de volumes d’œuvres complètes d’auteurs classiques : Fernando Pessoa, Homère, Henry James, Ladislav Klima, Pindare, Virgile, Hölderlin, Dante, Stefan George, mais également de poètes contemporains de langue française : Claude Michel Cluny, Jean Pérol, André Laude, Mohammed Dib, Jacques Izoard, Michel Waldberg, Abdellatif Laâbi

Elle inaugure parallèlement la collection « Mains et Merveilles », de grandes monographies sur des artistes contemporains : Arman par Bernard Lamarche-Vadel, César par Pierre Restany, Dado par Alain Bosquet, Joan Mitchell et Júlio Pomar par Michel Waldberg

1988

Parution du 1er numéro des Cahiers de la différence, revue trimestrielle. Sept numéros sortiront dont les trois derniers seront doubles. Tous les auteurs et artistes proches de la maison y collaborent (Jacques Bellefroid, Claude Michel Cluny, Maurice Girodias, Michel Butor, Michel Waldberg, Erika Abrams, Alain Bonfand, Jean-Marc Tisserant, Michel Bulteau, Jean-Marie Le Sidaner, Jean Pérol, Jean Pavans, Michel Houellebecq, Vilma Fuentes, Youssef Ishaghpour, Vahé Godel, Arman, Júlio Pomar, Jirí Kolar, Jean-Luc Parant…)

1989

Lancement de la collection « Orphée », dirigée par Claude Michel Cluny : 40 titres par an.
« Non contente d’être de poche, soignée et bilingue, “Orphée” publie en rafales des volumes à des prix imbattables. Le programme est encyclopédique et polyglotte, témoignant d’un cosmopolitisme éclairé » commente, louangeur, Patrick Mauriès, dans L’Express de février de cette année-là. Toute la presse s’en fait l’écho.

Rencontre avec Pierre Boutang, dont la Différence publiera la totalité de l’œuvre romanesque et plusieurs essais inédits.

Claude Michel Cluny reçoit le Grand Prix de Poésie de l’Académie française.

1990

Parution de Une journée sur la terre l’autobiographie de Maurice Girodias, premier éditeur de Lolita, adversaire résolu de toute forme de censure, qui meurt la même année comme foudroyé par le succès de son livre.

Vergílio Ferreira reçoit le prix Fémina étranger pour Matin perdu, traduit du portugais par Parcidio Gonçalves.

Une attention particulière est portée aux auteurs belges grâce aux influences conjuguées d’ Alain Bosquet et de Colette Lambrichs (textes de Jean de Boschère, Roger Bodart, Max Elskamp, Odilon-Jean Périer, William Cliff, François Jacqmin, Philippe Jones, Jeanine Moulin, Carl Norac, Jacques Izoard, Serge Delaive, Karel Logist, Marcel Moreau, Paul Nothomb, Jean-Luc Outers, Karel Van de Woestijne , Kristien Hemmerechts, Leonard Nolens, Jean-Pierre Verheggen, Marcel Lecomte…) Marcel Paquet, quant à lui, s’intéresse à l’œuvre picturale de René Magritte, de Paul Delvaux et de Bram Bogart.

1991

La collection « Orphée » reçoit le prix Diderot-Universalis.

1992

Le Prix Victor Rossel est attribué à Jean-Luc Outers pour son roman Corps de métier.

1994

Le Grand Prix national de la traduction est décerné à Erika Abrams, traductrice de Ladislav Klíma, par le Ministère de la Culture.

1996

La Différence fête ses 20 ans d’existence. Joaquim Vital publie à cette occasion Vingt ans, bilan sans perspective, un recueil de textes où il fait le point sur les œuvres publiées depuis la création de la maison et sur le métier d’éditeur : « On peut dire, écrit-il, en paraphrasant Fernando Pessoa, qu’il y a trois sortes d’éditeurs : ceux qui publient les livres qu’ils aiment ; ceux qui aiment les livres qu’ils publient ; ceux qui n’aiment pas les livres – et qui ne sont pas des éditeurs. C’est à la troisième catégorie qu’appartiennent les industriels et financiers qui décidèrent, pour des raisons relevant de leur stratégie d’entreprise, de s’attaquer au marché du papier imprimé. Ébauchés depuis plusieurs décennies, leurs plans de conquête sont en voie d’aboutir : de “grands groupes” se disputent avec hargne un territoire qui se réduit en peau de chagrin – duquel, en tout état de cause, l’art, la poésie, la littérature en général, et a fortiori celle en train de se faire, sont chassés sans trop de ménagements. »

1997

Les Éditions déménagent au 47 rue de la Villette.

1998

Arrêt de la collection « Orphée » pour des raisons économiques. « Deux cent dix-huit titres édités contre la logique aberrante du système, qui a fini par se venger. », écrit Joaquim Vital dans Adieu à quelques personnages, volume où il trace les portraits des écrivains et des peintres qu’il a croisés sur son chemin.

2001

Sophia de Mello Breyner reçoit le prix Max Jacob étranger pour l’anthologie de ses poèmes, Malgré les ruines et la mort, rassemblés et traduits du portugais par Joaquim Vital.

Youssef Ishaghpour est doublement primé pour son monumental essai, Orson Welles, une caméra visible, par le Centre National de la Cinématographie qui lui décerne le prix du livre Art et Essai et par le Syndicat National de la Critique de Cinéma qui lui décerne celui du meilleur livre français.

Le prix Roger Caillois est attribué à Michel Waldberg pour l’ensemble de son œuvre à l’occasion de la parution d’un roman, La Caissière.

2002

Création de la collection de poche « Minos » dirigée par Colette Lambrichs, où reparaissent de nombreux titres du fonds de la Différence. « Traduits de l’anglais, de l’italien, de l’allemand, du catalan, du portugais et – ô surprise – du lapon, ainsi remis au goût du jour, lâchés dans la nature littéraire pour un prix très modique, habillés chic, ces romans ont tout pour refaire leur vie », écrit Pierre Vavasseur, dans Le Parisien.

Parution du premier volume, Le Silence de Delphes (1948-1962), du Journal littéraire de Claude Michel Cluny « L’Invention du temps » qui reçoit le Prix Renaudot essai.

2004

Suite à une restructuration, le diffuseur Diff Edit devient Volumen.

La Différence entreprend la publication des Œuvres complètes de Michel Butor. Douze volumes prévus, au rythme de deux par an.

2005

Emménagement à Belleville, au 30 rue Ramponeau.

Parution de La Poésie marocaine de l’indépendance à nos jours, anthologie de poèmes établie par Abdellatif Laâbi. Grâce à ce dernier et à Salim Jay, un travail de fonds s’engage sur la littérature marocaine et algérienne. Publication, notamment des œuvres de Mohamed Leftah, Abdelkébir Khatibi (Grand Prix de Poésie de la Société des Gens de Lettres) et Mohammed Dib (Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française).

Sous l’impulsion de Boris Lejeune, sculpteur, poète et directeur de la revue Présages, plusieurs poètes russes sont traduits (Alexandre Vvedenski, Sergueï Essenine) et une anthologie bilingue, Poètes russes d’aujourd’hui est éditée.

2006
Hélène Dorion, qui publie à La Différence depuis 1995, est à la fois lauréate du Prix du Gouverneur Général du Canada et du Prix Mallarmé pour son recueil, Ravir : les lieux.

2007

Vasco Graça Moura reçoit le prix Max Jacob étranger pour son anthologie de poèmes Une lettre en hiver traduit du portugais par Joaquim Vital. Création de la collection « Matière d’images » dans laquelle paraissent ou reparaissent des textes d’écrivains sur les artistes, les mouvements, les problématiques de notre époque, tels Le Scandale dans l’art de Pierre Cabanne, De Kooning, vite ! de Philippe Sollers, Paul Klee, l’œil en trop d’Alain Bonfand, Magritte, le hasard objectif de Patrick Waldberg, Andy Warhol, le désir d’être peintre de Michel Bulteau ou Portrait de l’artiste en révolté de Yves Tenret.

Parution de Cent ans de littérature mexicaine, anthologie, organisée par Philippe Ollé-Laprune, laquelle reprend, entre autres, des extraits d’œuvres d’auteurs depuis longtemps défendus par La Différence : Vilma Fuentes, José Emilio Pacheco, José Agustín…

2009

Bruno de Cessole reçoit le prix des Deux Magots pour son roman L’Heure de la fermeture dans les jardins d’Occident.

Jean Pavans est couronné par le prix Halpérine-Kaminsky Consécration, de la Société des gens de lettres, pour l’ensemble de son œuvre de traducteur de l’anglais à l’occasion de la parution du tome 4 des Nouvelles complètes d’Henry James.

Le Prix Victor Rossel est attribué à Serge Delaive pour son roman Argentine.

Abdellatif Laâbi reçoit le Goncourt de la Poésie.

2010

Le 7 mai, Joaquim Vital meurt à Lisbonne.

2010

Chez Baudoin Lebon, l’exposition Les Éditions de la Différence depuis 1976 présente des œuvres importantes d’artistes avec lesquels La Différence a collaboré en réalisant non seulement des ouvrages de référence mais également des estampes et des multiples (Arman, Bajaj, Basquiat, César, Combas, Cruz-Diez, Dado, Dufour, Fassianos, Journiac, Kim, Lejeune, Parant, Pomar, Raza, Saint Phalle, Soto, Venet, Vieira da Silva, Waldberg, Warhol...), c’est l’occasion de découvrir l’ensemble des titres de ce catalogue.

2011

Claude Mineraud, entré à La Différence le 1er février, entreprend de la restructurer de fond en comble. Les locaux sont rénovés et la forme juridique de la société modifiée. De SARL, elle se transforme en une SAS dont il devient le Président, Colette Lambrichs, le Directeur général et, Parcídio Gonçalves, le Secrétaire général. En juin, La Différence dénonce le contrat de diffusion qui la liait à Volumen et constitue une équipe de 9 délégués régionaux – Constance Chlore et Corinne Lapébie (Paris), Pascal Barale (Grand Île-de-France) Jean-Christophe Emonet (Grand Ouest), Arnaud Moulhiac (Grand Sud-Est), Agnès Gizardin (Grand Sud-Ouest), Gilles Guigon (Rhône-Alpes), Grégoire Colas (Grand Est) et Marc Varence (Nord-Picardie, Belgique et Luxembourg) – qui assureront la vente de ses livres en librairie à partir de janvier 2012, Volumen restant son distributeur. Corinne Waldberg rejoint l’équipe initiale, Daphnée Gravelat remplace Frédérique Martinie à la presse tandis que cette dernière assure désormais le suivi avec l’équipe de diffusion.

Le Dernier Combat du captain Ni’mat de Mohamed Leftah reçoit le prix de la Mamounia en même temps que des intellectuels marocains et français se mobilisent pour permettre sa diffusion au Maroc.

Abdellatif Laâbi obtient le grand prix de la Francophonie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

Dans les médias

Colette Lambrichs - Joaquim Vital, 1973 Marcel Paquet, Patrick Waldberg et Joaquim Vital, 1976 Patrick Waldberg et Michel Journiac, 1978 Joaquim Vital et Colette Lambrichs [photographie : Bernard Plossu], (...) Jacques Bellefroid, Colette Lambrichs, Vilma Fuentes, Joaquim Vital, (...) Claude Michel Cluny et Joaquim Vital, 1990 Joaquim Vital et Michel Waldberg, 1990 Joaquim Vital, 2000

mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion