Patrick Waldberg

Né à Santa Monica en Californie, le 4 avril 1913. Il a pris contact tout jeune avec Paris où il fit ses études. C’est en 1932 qu’il rencontre Georges Bataille, Raymond Queneau, Boris Souvarine. Il se lia aussi à cette époque avec Max Ernst, Yves Tanguy, André Masson, les Prévert et Robert Desnos. De 1935 à 1937, il émigre en Suède où il exerce divers métiers notamment celui d’apprenti soudeur.
De Suède, il gagne la Californie, mais une lettre de Bataille le ramène à Paris où il collabore à la revue Acéphale.
Engagé volontaire dans l’armée française, en 1939 Il retourne aux États-Unis après la défaite et s’engage dans l’armée américaine. Il participe aux débarquements d’Alger, en novembre 1942 et de Normandie, en juin 1944.
En 1948 et 1949 paraissent à Combat et à Paru, ses premiers textes de critique d’art. Il s’installe à Paris et se consacre à la littérature et à l’art. Il sera à la fois le témoin et l’essayiste du mouvement surréaliste, s’intéressant en plus au modern’ style, au spectacle de la rue avec ses saltimbanques et ses bistrots, fréquente les vedettes du music-hall. Il collectionne les tableaux de ses peintres préférés : De Chirico, Ernst, Masson, Magritte, Tanguy sur lesquels il écrit d’importantes mono graphies. On lui doit de très nombreux essais dont certains sont regroupés dans un beau volume Les Demeures d ’Hypnos (1976) qui fait autorité.
Son seul et unique roman, La Clé de Cendre a été illustré par Max Ernst, André Masson ,Joan Miro et Philippe Labarthe.
Patrick Waldberg s’est retiré à Seillans en 1959. Il avait épousé en secondes noces, une seillanaise, Line Jubelin. Il fut rejoint à Seillans par Max Ernst et Dorothea Tanning.
Patrick Waldberg est mort en 1985. Il est enterré à Seillans.

les ouvrages de cet auteur :




mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion