Alexandre Vvedenski

Saint-Pétersbourg en 1904, mort en 1941, peu après son arrestation par le pouvoir soviétique, Alexandre Vvedenski est un immense poète. Dans ses premiers poèmes, qui datent de ses années de lycée, il subit l’influence de Alexandre Blok. Il s’intéresse ensuite, au début des années vingt, au Futurisme, puis se rapproche, vers 1925-26, de la vieille génération des avant-gardistes de gauche (Malevitch, Tatline, Matiouchine, Filonov et le poète Toufanov). En 1927, il participe à la création du groupe littéraire Oberiou (Union de l’Art réel) qui organise, jusqu’en 1930, toute une série de manifestations au caractère provocateur. Taxés par la presse et le régime de « brigands littéraires »,Vvedenski et ses camarades sont condamnés par L’Union des Écrivains en 1931 pour leur « éloignement de la construction du socialisme ». Arrêté quelques semaines plus tard, Vvedenski est privé, en sortant de prison, du droit de résider à Leningrad. Il passe quelques années dans des villes de province et y revient jusqu’en 1936. C’est là qu’il écrit des poèmes magnifiques comme L’Hôte à cheval, la pièce de théâtre Kouprianov et Natacha, et Invitation à me penser. En 1936, il se sépare de sa seconde femme, se remarie et s’installe à Kharkov. En pleine solitude, il gagne modestement sa vie en écrivant des contes pour enfants et il rédige, surtout la nuit, ses dernières œuvres : Le Suaire, Elégie, Où quand. Considéré par le régime comme personne « douteuse » il est à nouveau arrêté le 27 septembre 41. Il meurt peu de temps après, aux dires de certains témoins, exécuté par ses convoyeurs dans une petite gare de campagne.

les ouvrages de cet auteur :




mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion