Mario Luzi

Mario Luzi est né en 1914 près de Florence. Il passera une partie de son enfance dans la région de Sienne, dont le paysage marquera durablement sa sensibilité, avant de poursuivre ses études à l’Université de Florence. Dans le lourd climat du fascisme, la ville, alors capitale intellectuelle de l’Italie, voit naître d’importantes revues comme « Solaria » , « Frontespizio » ou « Letteratura » ... Luzi noue de nombreuses amitiés, notamment avec Eugenio Montale, Romano Bilenchi, Piero Bigongiari et Carlo Betocchi. En 1935 est publié la Barque, son premier recueil. L’année suivante, il soutient une thèse consacrée à Mauriac, qui sera la base de l’Opium chrétien (1938). Son recueil Avènement nocturne est considéré en 1940 comme un véritable manifeste de l’hermétisme florentin. Il s’installe définitivement à Florence en 1945. Tandis que paraissent les principaux recueils de sa première maturité poétique, il enseigne au « liceo scientifico » et collabore à de nombreuses revues, en particulier « La Chimera », qu’il fonde en 1953 aux côtés de Carlo Betocchi. Cette publication engage une polémique marquante avec « Officina », la revue de Pasolini, Fortini et Leonetti, sur le thème de la crise du néo-réalisme (les textes de Luzi inscrits dans ce débat seront regroupés dix ans plus tard sous le titre Tout en question). La mort de sa mère, survenue en 1959, jouera un rôle de premier plan dans la genèse de son recueil Du fond des campagnes. Les années 60 verront à la fois la publication de son livre charnière Dans le magma, qui obtiendra le prestigieux prix de poésie Etna-Taormina, et le début de sa collaboration à l’Université libre d’Urbino, présidée par Carlo Bo, qui fut le principal théoricien de l’hermétisme. La poésie de Luzi acquiert une renommée internationale  : elle est traduite en France, aux États-Unis... Il accomplit plusieurs voyages à l’étranger, notamment en Inde, où il approfondit sa connaissance de l’œuvre d’Aurobindo. Au début des années 70, il aborde le théàtre avec Ipazia, drame poétique aussitôt comparé à Meurtre dans la cathédrale de T. S. Eliot, et réunit sous le titre Vicissitude et forme ses principaux textes de réflexion sur la création poétique. Au feu de la controverse lui vaut en 1978 le Prix Viareggio. D’un voyage en Chine, en compagnie du poète Vittorio Sereni, il rapporte la section « Reportage » de son futur recueil Pour le baptême de nos fragments (Prix Librex-Montale 1986). En 1988, Garzanti réunit en un seul volume (Tune le poesie) l’intégrale de son œuvre poétique. Son dernier recueil, Phrases et incises d’un chant salutaire, paraît en 1990. La Différence a publié : La Barque suivi de Avènement nocturne (1991) ; Prémices du désert (1994).

les ouvrages de cet auteur :




mentions légales | SPIP | webdesign et développement CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0 | s'inscrire à la liste de diffusion